Vos données sont-elles bien protégées ? En tout cas ça sent le roussi, surtout chez la GAFA. Si la France tente de contrer les Fake news par un projet de loi qui suscite la controverse, les géants du net s’emploient à se refaire une virginité aussi concernant la protection des données. Pas vraiment franche pour notre Mark Zuckerberg qui a un peu botté en touche sur le sujet lors de ses auditions mais plus nettement de la part de Google qui s’est engagé à respecter 7 principes éthiques en matière d’Intelligence Artificielle. Un moyen de tenter d’infléchir des gouvernements qui réfléchissent et débattent sur une régulation de l’information et qui ont les géants du net dans le collimateur du point de vue fiscal. Le fondateur de Google, Sergey Brin, avait déjà souligné les responsabilités nouvelles de Google en matière d’éthique dans le développement de l’IA. Mais les sept principes semblent un peu dérisoires d’autant que l’on ne voit pas bien comment ils seront vérifiés…

En ce qui concerne l’IA donc, Google souhaite qu’elle soit bénéfique socialement (premier principe) ce qui va être un peu coton à estimer bien évidemment. Le deuxième principe est celui d’éviter les impacts injustes sur les gens. Entendez par là que l’IA devra se débarrasser de ses penchants racistes ou simplement discriminants, ce qui va être un sacré job au regard des travers des algorithmes qui ne font souvent que reproduire ce qu’ils traitent en informations. Troisième principe, celui du test d’IA en toute sécurité. Décidément les vœux pieux sont légions tant les risques de fuites ou de piratages restent nombreux. Le quatrième vise la responsabilisation avec un contrôle des résultats de l’IA. Dans le cadre des scandales et de la mise en place de la RGPD, le cinquième principe semble une évidence que l’on ne peut qu’espérer, c’est celui de la transparence et du contrôle des données. Le sixième principe ressemble, comme tout l’ensemble d’ailleurs, à une page de communication puisqu’il exige « l’excellence scientifique » dans les outils d’IA développé. Enfin, le petit dernier propose un objectif unique associé à une IA, ceci devant permettre d’éviter un usage frauduleux.

Nul doute qu’avec tout ceci, Google devrait laver plus blanc que blanc et se refaire une image bien proprette. Mais les garanties concernant l’application de ces principes restent encore dans les cartons et il nous faudra rester vigilants, comme toujours. Déjà que nous ne sommes pas capables de faire la part des choses dans une élection présidentielle, je ne vois pas bien comment l’on pourra être sûr que Google est une entreprise éthique…

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

Pin It on Pinterest