Robolution, demain tous au chômage ? Le sujet de l’emploi nous occupe particulièrement et le malaise social ambiant ne fait que renforcer le trouble. Alors, la robotisation va-t-elle vraiment faire perdre plein d’emplois ? Le sujet est maintes fois repris et débattu et chacun y va de son analyse. Du plus optimiste au plus pessimiste, tout y passe. Je n’ai pas la prétention de vous donner la vérité sur ce sujet mais je peux vous faire part de mon analyse et de mon avis, qui n’engage que moi bien évidemment. A ce sujet, il serait possible aussi de se dire que si les emplois sont remplacés par des robots, il n’y aura plus de consommation. Si les consommateurs n’ont plus de pouvoir d’achat parce qu’ils n’ont plus d’emploi, on peut en effet se demander l’utilité de remplacer ces emplois par des robots. Je ne crois pas sincèrement que tous se posent la question et que les stratégies à court terme prédominent dans ce monde (et les politiques ne font pas mieux…). Et puis au pays des taxes, celle sur le robots a déjà été évoqués pour financer cette mutation annoncée.

Le premier élément peut être celui de l’analyse réalisée par l’OCDE en 2018 sur le sujet. Rapport qui indique que l’automatisation entrainerait la perte de 66 millions d’emplois d’ici 2030, soit 14 % des emplois des trente cinq Etats membres de l’OCDE. Bien entendu on peut imaginer que ces emplois seront remplacés par d’autres en lien avec cette robotisation et cette automatisation. Ce n’est évidemment pas faux, loin de là. Pour certains, il ne faut pas diaboliser la chose, cela fait partie des évolutions de l’économie et le marché de l’emploi s’adaptera. J’ai même lu un papier sur le site « Slate.fr » où l’auteur avançait  « Des emplois qui existaient il y a un siècle, cinquante ans ou dix ans ont disparu, sans que le chômage n’explose drastiquement. Le marché du travail s’est tout simplement adapté face aux changements structurels et conjoncturels ». Un petit coup d’oeil sur le graphique ci-dessous (source Wikipedia, chômage en France entre 1975 et 2017) devrait simplement vous convaincre que l’adaptation est loin d’être si évidente et que penser, et écrire, que le chômage n’explose pas est plutôt du domaine du déni pur et simple.

Alors quoi, tout est perdu ? Non, pas totalement mais il ne faut pas se leurrer. Les emplois les plus touchés en priorité seront (et sont déjà) les moins rémunérés. Emballage, expéditions, nettoyage, gestion des stocks, bref, tout un pan induit par l’économie est, et sera, de plus en plus touché. Les robots qui ont encore besoin d’un environnement connu et prédéterminé n’en auront plus besoin longtemps. Ils pourront agir dans des environnements complexes et remplacer ainsi d’autres emplois progressivement. D’autres catégories sont aussi touchées comme les hôtes et hôtesses d’accueil que ce soit dans des magasins, des hôtels, des restaurants…A la marge, certaines professions déjà bien attaquées n’ont plus guère d’avenir comme les secrétaires médicales par exemple. Enfin certaines professions aux salaires plus élevés sont inquiétées mais je ne crois pas qu’un avocat sera demain remplacé par un robot même si les dossiers seront sans doute « prémâchés » par des systèmes d’Intelligence Artificielle.

L’Etat et les entreprises misent sur la formation ! Et bien oui, il ne vous reste plus qu’à changer de job et de vous former pour cela ! C’est d’une évidence rare mais l’on sait tous que le système de la formation professionnelle dans notre pays n’est pas d’une efficacité à toute épreuve (je suis gentil là) et il n’est pas certain que tout le monde réussisse cette transition. Le système se « régulera » sans doute mais au prix d’une casse sociale évidente qui laissera, une fois de plus, les plus fragiles au bord de la route (ou des ronds-points si vous préférez). Alors cette courbe du chômage qui, si elle n’est pas uniforme, a une allure qui en dit long sur l’avenir. Elle va, dans ce contexte, inexorablement continuer sa croissance même si chaque gouvernement tente « d’inverser la courbe », sans succès jusqu’ici. Adaptez-vous si vous le pouvez, investissez dans ce secteur pour assurer vos vieux jours ou ceux de vos enfants mais ne croyez pas un instant que tôt ceci se fera en douceur et que l’avenir sera merveilleux en tous points. Les progrès technologiques tant encensés ne sont pas non plus parvenus à inverser cette satanée courbe, mais ils auront contribué à faire gagner des investisseurs avertis…

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

Pin It on Pinterest