Quelles tâches demanderiez-vous à un robot domestique de faire pour vous si vous le pouviez ?

Préparer le dîner. Faire la vaisselle. Plier le linge. Probablement d’autres tâches ordinaires. Combien seriez-vous prêt à payer pour cela ? Probablement pas beaucoup – ou du moins pas autant que ce qu’il en coûterait pour produire un tel appareil qui changerait la vie.

C’est là que réside le nœud du problème.

Depuis au moins une décennie, les entreprises de robotique et d’IA ont montré leur capacité à créer des machines capables d’accomplir diverses tâches ménagères pratiques. Le mois dernier, Boston Dynamics a montré son chien robot Spot ramassant des vêtements. Flippy, de Miso Robotic, retourne des hamburgers depuis des années. D’autres start-ups ont présenté des machines à plier le linge. Et la liste est encore longue. Plus récemment, on a appris qu’Amazon serait sur le point de lancer un robot domestique capable de transporter des objets et de suivre les ordres de son propriétaire.

Mais quelle est la probabilité que vous puissiez un jour posséder un véritable majordome robotisé ?

Les robots deviennent en effet de plus en plus complexes. Les progrès de l’IA permettent aux machines de résoudre des problèmes plus complexes et de discuter avec les humains de manière fiable. Pourtant, les entreprises de robotique et d’IA affirment qu’il faudra attendre un certain temps avant de pouvoir posséder quelque chose qui ressemble de près ou de loin à Rosey le Robot de « The Jetsons ».

En fait, les entreprises ont du mal à commercialiser quelque chose de plus complexe qu’un Roomba – qui aspire les maisons depuis 20 ans.

« Cela fait longtemps que nous parlons de l’arrivée des robots domestiques, et tout ce que nous avons jusqu’à présent, c’est l’aspirateur », a déclaré Jeff Burnstein, président de l’Association for Advancing Automation. « On voit des démos, mais passer d’une démo à quelque chose qui fonctionne réellement, puis à quelque chose que l’on peut se permettre, c’est le problème actuellement. »

Les robots de corvée pourraient prendre plusieurs formes. Il pourrait être humanoïde, comme Rosie. Il pourrait ressembler davantage à un animal de compagnie. Personne ne sait vraiment ce qui pourrait être adopté. Mais nous nous sommes entretenus avec des leaders dans ce domaine afin de déterminer quels obstacles doivent être résolus avant que des robots domestiques complexes puissent réellement voir le jour.

Pour l’instant, les robots se débrouillent bien dans les usines où il y a beaucoup d’espace, pas d’enfants en bas âge et des employés portant des équipements de protection. Ils sont très efficaces pour accomplir une seule tâche répétitive, comme visser une roue.

Mais imaginez que vous introduisiez des machines dotées de jambes et de capacités de levage dans votre maison, où les choses peuvent mal tourner et tournent mal. Que se passe-t-il si elle tombe sur quelqu’un, ou si une mise à jour du logiciel la fait dérailler ? C’est drôle dans « Les Jetsons », mais ce ne serait pas aussi comique si votre grand-mère en était la victime.

C’est un défi de taille.

Le plus gros problème est celui de la sécurité, selon Marc Raibert, ancien PDG et actuel président de Boston Dynamics, un pionnier de la robotique responsable de robots agiles, semblables à des animaux.

« Plus le robot est compliqué, plus les problèmes de sécurité sont nombreux. Si vous avez un robot à proximité d’une personne et que quelque chose ne va pas, cela représente un risque pour cette personne », a déclaré Monsieur Raibert. Des choses ont mal tourné, du moins au travail. En 2015, un homme de 22 ans a été tué alors qu’il aidait à mettre en place un robot stationnaire dans une usine Volkswagen en Allemagne. Le robot l’a poussé contre une plaque métallique et l’a écrasé. Dans un autre cas cette année-là, le bras d’un robot a mal fonctionné, a heurté et écrasé la tête d’une femme dans une usine automobile du Michigan.

Ce n’est pas que les problèmes de sécurité à la maison ne peuvent pas être résolus. C’est qu’ils n’ont pas encore été résolus, selon les entreprises de robotique. Et le fait de rendre des machines élaborées plus conviviales pour les ménages entraînera presque certainement une hausse des prix.

Les robots mobiles d’aujourd’hui destinés aux usines peuvent coûter deux fois plus cher qu’une nouvelle voiture moyenne. Prenez le chien robotisé Spot, par exemple. Il coûte environ 75 000 dollars sans le bras qui le rend utile pour transporter des objets. Sans le bras, il s’agit essentiellement d’une machine de surveillance mobile. Un majordome robotique humanoïde capable d’accomplir de manière autonome toute une série de tâches pourrait facilement coûter dix fois plus cher.

Et selon les experts en robotique, les personnes à la recherche d’un tel objet ne seraient pas prêtes à payer plus de quelques milliers de dollars.

Au-delà, il peut être plus économique de payer un humain pour faire le travail. Et les humains pourraient tout simplement le faire mieux.

En 2020, Walmart a retiré ses robots d’inventaire du sol après avoir constaté que les humains pouvaient scanner les produits plus simplement et plus efficacement que les machines encombrantes d’un mètre quatre-vingt.

Les robots ont également un problème de dextérité. La plupart ne peuvent que pincer, saisir ou utiliser la succion pour maintenir un objet. En revanche, les humains qui ont dix doigts peuvent manipuler des objets de formes et de textures diverses. Il existe des membres robotiques dotés d’une flexibilité semblable à celle des humains, mais leur fabrication coûte des dizaines de milliers de dollars.

« L’ère de la préhension est encore loin. C’est un problème très difficile à résoudre à un prix de consommation de masse », a déclaré Tim Enwall, PDG de Misty Robotics, une société de matériel informatique qui fabrique des robots personnels pour la maison et le bureau.

Un autre défi est que les robots ne savent pas grand-chose du monde dans lequel ils évoluent. Vous pouvez leur apprendre à quoi ressemble un objet, mais les robots majordomes doivent également savoir où il se trouve dans votre maison.

Prenez, par exemple, une tâche simple comme porter une boisson au réfrigérateur. Une machine devrait comprendre votre commande et être capable de naviguer de manière autonome dans la disposition unique de votre maison sans rien renverser. Elle doit également savoir quelle pièce de votre maison est la cuisine.

Ce type de données nécessite la collaboration des consommateurs, et c’est quelque chose sur lequel iRobot travaille en laissant les utilisateurs du Roomba marquer l’emplacement des objets dans leur maison.

« La raison pour laquelle iRobot ne vend pas un robot avec un bras est que nous ne savons pas où se trouve quoi que ce soit », a déclaré Colin Angle, président et fondateur d’iRobot. « Nous essayons d’avoir une meilleure idée de ce que vous voulez réellement faire. C’est utile pour votre robot de nettoyage, mais c’est impératif pour le prochain robot que vous souhaitez acheter. »

Quand un produit plus avancé qu’un aspirateur intelligent aura-t-il un impact réel ? La plupart des gens disent que ce sera dans des décennies.

Amazon investirait massivement dans son projet de robot domestique « Vesta », qui pourrait ou non voir le jour. (Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, est propriétaire du Washington Post.) Mais les robots continueront probablement à apparaître dans de nouveaux endroits, les entreprises préparant le terrain pour l’arrivée de quelque chose de plus avancé.

Vous en verrez davantage livrer de la nourriture, transporter des colis, nettoyer des surfaces et transporter des courses. En d’autres termes, vous verrez de plus en plus de personnes essayer de perfectionner une seule tâche.

« Je pense que nous trouverons des utilisations pour les robots domestiques dans les huit à dix prochaines années », a déclaré Monsieur Raibert. « Quelqu’un sera le pionnier d’un mécanisme moins coûteux qui fera un ensemble de choses utiles. J’y crois, mais ce n’est pas demain la veille. »

Les robots ne viendront pas dans nos foyers avant un certain temps et nous devront encore faire nos tâches ménagères le temps de leur développement.

Que pensez-vous de l’arrivée des robots majordomes ? Si ces derniers étaient commercialisés dès maintenant, en feriez-vous l’achat ?

Pensez-vous qu’ils auront un succès fulgurant ?

Vos avis m’intéresse particulièrement sur ce sujet car ces machines feront certainement parties de notre quotidien.

Pour ma part, tout dépendra du prix et SURTOUT de l’efficacité ainsi que des options de ce matériel. Je laisserai sans doute passer une ou deux générations avant de sérieusement me poser la question d’un éventuel achat.

Quentin CLAUDEL

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel vous retrouverez toute l’actualité des métaux précieux. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur https://larobolution.com/. »

Source The Washington Post

Pin It on Pinterest