Lubrizol, les fake news au top !

Et le grand retour des fake news ! Evidemment faire le tri n’est pas toujours simple mais l’Etat a décidé de déposer plainte contre les faux communiqués de presse au lendemain de l’incendie de l’usine Lubrizol. Oiseaux morts en pagaille, eau du robinet de couleur marron, faux communiqués de l’ARS (l’Agence Régionale de Santé), bref, une belle panoplie de fausses rumeurs en tous genres. Mais bon, la communication de l’Etat et des collectivités n’a peut-être pas non plus été très claire, tout cela en prônant la transparence totale.

Je veux bien croire que des analyses cela prend du temps et que les services et personnes concernées, Préfet et ministres en tête, n’en savent pas forcément plus que ce qu’ils annoncent. Non c’est plutôt dans la façon ambigüe d’annoncer les choses que tout réside. « Les fumées de l’incendie de Lubrizol ne présentent pas un haut degré de toxicité »…ça veut tout dire et son contraire ! C’est toxique, oui, mais à quel point ? Et c’est quoi un « haut degré de toxicité », on meurt sur place dans la minute dans d’atroces souffrances ? Le fait d’une toxicité dont on ne maîtrise rien devrait suffire à sortir les fameuses « mesures de précaution ». Et les habitants de poser des questions bien légitimes !

Petit rappel, ce sont, d’après un article du Monde publié sur le net, 5 253 tonnes de produits chimiques qui ont brûlé dans l’incendie du stockage de ce site classé Seveso « risque haut ». Et quels produits ? Trop long de vous détailler tout cela, il y en aurait 470 différents ! Et le Préfet, Pierre Yves Durand, d’en rajouter une louche avec un « tous les produits ne sont pas dangereux » qui signifie aussi, en miroir, qu’il y en a de pas trop fréquentables là-dedans ! Et pour finir, comme si cela ne suffisait pas, c’est notre bonne Agnès Buzyn qui s’y colle sur France Inter hier matin. « Personne ne sait exactement ce que donnent ces produits mélangés lorsqu’ils brûlent »…ben voyons, ça c’est de l’info !

Et histoire de conclure en beauté « Nous recherchons la dioxine qui est un produit très dangereux. Nous le saurons au fur et à mesure dans la semaine. Cette pollution est réelle (merci nous n’avons pas rêvé), mais pour l’instant elle n’entraîne pas de risques pour la santé avec ce que nous connaissons aujourd’hui ». J’imagine donc que demain cela pourrait être très différent. Alors oui, les fake news polluent les réseaux sociaux, on le sait, tout le monde le sait, et si personne ne vérifie rien tant pis pour ceux qui avalent tout sans se poser de question. Mais l’Etat qui joue au chat et à la souris en disant que c’est dangereux mais qu’il n’y a pas de danger à leur connaissance, ce n’est pas une fake news, cela porte un autre nom et cela n’en est pas moins répréhensible lorsque dans quelques temps l’on découvrira tout autre chose des effets sur la santé de cet épisode dramatique.Allez, une petite fake news pour la route ? C’est un drone qui a fait sauter l’usine !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

«L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné». Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com»  

Pin It on Pinterest