L’intelligence Artificielle sera-t-elle au service de l’homme ? Je ne le connais pas personnellement mais j’avoue que ce qu’il raconte m’interpelle. Encore un chercheur français qui travaille aux Etat-Unis, certes, mais on finit par avoir l’habitude. Dans une interview donnée à France Info,Gregory Renard, qui est un expert reconnu de l’intelligence artificielle a fait quelque révélations intéressantes. Le garçon est intervenant au MIT (Massachusetts Institute of Technology), conseiller à la Nasa, et a aussi créé sa propre société, XBrain. Comme son nom le suggère, il s’agit de recherche en Intelligence Artificielle et il a mis au point « un système conversationnel à reconnaissance vocale ». Le but ? Comme quelques autres, il doit être capable de répondre aux appels des clients de banques ou assurances. Le sujet n’est pas nouveau et l’on pourrait facilement s’arrêter là si le propos de Gregory n’avait pas fait appel à un certain sens éthique. Oui, l’éthique et le secteur de la banque et de l’assurance, bon, on peut douter un peu…mais non, il persiste. Questionné au sujet de cette éthique, il répond : « Aujourd’hui, ces algorithmes donnent une puissance démesurée aux individus qui les maîtrisent. Il faut donc pouvoir les réguler. C’est une idée qui commence à faire son chemin, y compris aux États-Unis ». Y aurait-il un peu d’espoir ? Peut-être à condition qu’il fasse entendre sa voix et ce n’est peut-être pas gagné tant on sait que ce genre de voeu pieux peut être rapidement mis à mal par le premier lobby venu.

Mais il tord aussi le cou à l’idée qu’une trop grande régulation freinerait l’innovation. Interrogé il avance : « De même que le code de la route a permis le développement de l’automobile qui a généré énormément d’emplois, il faut travailler sur des technologies « inclusives » qui améliorent la vie des gens sans les asservir ni leur voler leurs emplois. C’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu » Et bien vous savez quoi ? J’aimerais bien le croire et effectivement dans ce cas la Robolution sera une opportunité et non un asservissement. Je pense à des avancées médicales par exemple qui ont pu se développer avec certaines contraintes sans que cela n’affecte les possibilités nouvelles. Un peu de régulation et d’éthique ne semble donc pas tuer la créativité mais peut seulement nous préserver (un peu) !

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

 

Pin It on Pinterest