L’Intelligence Artificielle fait encore le buzz ! Le buzz, toujours le buzz… Cette fois une Intelligence Artificielle a explosé le record du monde de rapidité à la résolution du Rubik’s Cube. Un record détenu par un humain, bien entendu, du nom de Feliks Zemdegs, qui avait réussit à résoudre le puzzle en seulement 4,22 secondes. Le record datait de 2018 mais l’Intelligence Artificielle DeepCube A, développée par les chercheurs de l’Université de Californie, l’a fait en…moins d’une seconde ! Eh oui, ça vous en bouche un coin, je m’en doutais un peu. Mais après l’IA qui bat les champions aux échecs, au jeu de go ou dans les jeux vidéos, ce n’est guère qu’un exploit de plus…limité à un jeu.

Mais ces chercheurs nous racontent une toute autre histoire. D’abord, leur IA n’a pas été directement programmée pour cela mais s’est « formée » seule grâce au Machine Learning. Une question d’apprentissage même si ce système plafonne rapidement et n’apprend plus grand chose ensuite, contrairement au Deep Learning qui s’améliore en continu. Alors les chercheurs passent un cap en annonçant, selon Pierre Baldi (Computer Scientist) de cette même université de Californie, que cela pourrait donner naissance à une nouvelle génération de systèmes plus performants, capables de raisonner comme les humains…

Patatras, le château de cartes s’effondre une nouvelle fois. L’exploit est ici remarquable, pas de doute. Qu’une machine calcule plus vite qu’un humain, cela ne surprend plus personne depuis longtemps. Qu’elle apprenne toute seule à faire ces calculs, c’est intéressant mais cela ne lui donne en aucun cas un « raisonnement humain ». Sans conscience, cette machine reste une machine. Bien conçu, cet algorithme est le meilleur au Rubik’s Cube mais n’est pas foutu de se faire cuire des pâtes, de converser avec des collègues et de prendre des décisions non logiques mais tellement « humaines ». La sensibilité, l’expression de sa nature et de sa culture, en toute conscience, ce n’est pas dans DeepCube A. Oui, les chercheurs s’emballent mais entre leurs effets d’annonce et leurs délires, il y a une sacrée marge, un gouffre même…Alors de là à dire une bêtise comme croire que cette IA est proche de la façon dont les humains raisonnent, pensent, comprennent, planifient et prennent des décisions, il n’y a qu’un pas bien trop vite franchi.

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

«L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné». Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com»

 

Pin It on Pinterest