Vendredi dernier, Pierre Moscovici était l’invité de Nicolas Demorand sur France Inter dans le grand entretien. Je ne reviendrai pas sur le sujet de la « guerre » commerciale entre l’UE et les Etats-Unis et qui concerne les taxes sur l’acier et l’aluminium mais sur le second sujet qui anime aussi notre gouvernement. Celui de la taxation européenne des GAFA que soutiennent aussi Mounir Majouhbi, notre secrétaire d’Etat au numérique et Emmanuel Macron. La phrase synthétique mais on ne peut plus claire de Pierre Moscovici résume parfaitement la situation : « Nous avons un problème de définition juridique et de trou dans la caisse ». Il semblerait donc que les profits des GAFA fasse rêver nos commissaires européens mais que la solution de les faire payer soit un peu plus complexe à mettre au point.

Dans son interview, Pierre Moscovici parle d’abord de définition juridique. Parce que comme il le disait dans ses propos à Nicolas Demorand sur la radio publique, il est question de définir la « présence digitale ». Tout simplement la « présence » sur un territoire d’une activité immatérielle. Amusez-vous bien messieurs les juristes… Taxer une entreprise qui produit un bien sur le territoire l’administration sait faire, taxer un réseau social ou un moteur de recherche, c’est une autre affaire. Autre point qu’il faudra régler, c’est celui de l’accord des pays de l’UE parce que pour que cette taxation soit effective, 3% ont été proposés, il faudra l’unanimités des pays de l’Union…Pas certain que l’Irlande ou le Luxembourg soient nécessairement disposés.

Pourquoi 3 % ? Et bien on ne sait pas trop mais cela représente 5 milliards d’euros, c’est la moitié de ce que perd l’Europe dans le Brexit ! La taxe qui s’appliquerait sur le chiffre d’affaires est effectivement impressionnante et renflouerait un peu les caisses de Bruxelles, même si cela pourrait mettre un peu d’huile sur le feu de nos relations avec les Etats-Unis, allumé par Donald Trump. Entre protection de données, avec l’affaire des élections américaines impliquant Facebook, et impunité fiscale ou presque, les GAFA sentent un peu le souffre en ce moment. A suivre pour savoir si tout cela accouchera d’une souris ou d’une montagne…où si ces décisions conduiront à une baisse de la valeur boursière des géants.

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».
Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

Pin It on Pinterest