L’hydrogène est actuellement l’énergie dite « propre » sur laquelle travaille actuellement les scientifiques pour en faire l’élément clé de la transition énergétique de demain. L’hydrogène est une ressource rarement trouvable à l’état pur dans la nature et demande donc soit d’être créée artificiellement ou d’être séparé des autres atomes.

Cependant, des scientifiques ont trouvé le moyen d’en fabriquer pour le moment à petite échelle mais dont le portage à grande échelle serait faisable et constituerait un bel atout.

Chimie Humide

En emballant des algues photosynthétiques dans des gouttelettes d’eau sucrées, les scientifiques construisent des mini-usines biologiques. Ces usines produisent de l’hydrogène pouvant être utilisé comme source d’énergie neutre en carbone.

Dans des conditions finement réglées à l’intérieur de la gouttelette d’eau, les algues cesseront de produire de l’oxygène et dégageront à la place de l’hydrogène chargé d’énergie, selon une étude publiée mercredi dans la revue Nature Communications. Alors que les minuscules usines sont bien trop petites pour alimenter nos maisons ou nos voitures pour le moment, la recherche indique une source possible d’énergie propre et durable si le processus augmente.

Voie Alternative

En règle générale, la photosynthèse convertit le dioxyde de carbone en oxygène. Mais les scientifiques à l’origine de l’étude, à l’Université de Bristol et au Harbin Institute of Technology en Chine, ont appris que les algues comprimées ensemble dans une gouttelette d’eau produisent de l’hydrogène à la place. C’est parce qu’il n’y a pas assez d’atomes d’oxygène pour que les réactions de photosynthèse typiques se produisent, ce qui signifie que les enzymes produisant de l’hydrogène prennent le relais à la place.

Pour aller plus loin, les scientifiques ont enduit leurs usines biologiques de bactéries consommant de l’oxygène, ce qui a incité davantage d’algues à produire de l’hydrogène de manière fiable.

Réservoirs De Carburant

Encore une fois, des usines de la taille de gouttelettes d’eau ne mettront pas fin à notre crise énergétique ou n’arrêteront pas les émissions de gaz à effet de serre à elles seules. Mais les scientifiques s’attendent à ce que l’idée fonctionne à plus grande échelle, ce qui pourrait réduire le coût des piles à hydrogène.

« L’utilisation de gouttelettes simples comme vecteurs pour contrôler l’organisation des cellules algales et la photosynthèse dans des micro-espaces synthétiques offre une approche potentiellement inoffensive pour l’environnement de la production d’hydrogène que nous espérons développer dans de futurs travaux », a déclaré Stephen Mann, co-auteur de l’étude et biologiste de Bristol , à la presse.

Quentin CLAUDEL

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel vous retrouverez toute l’actualité des métaux précieux. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur https://larobolution.com/. »

Source Futurism.com

Pin It on Pinterest