Les robots tueurs sont lâchés ! Je ne suis pas un ardent défenseur de la robotique militaire, loin de là. Ne pas en parler serait toutefois nier la réalité et quoi que vous en pensiez, un homme averti en vaudra toujours deux. Pacifiste dans l’âme, tout ceci me froisse beaucoup même s’il l’on pourrait arguer du fait que des robots qui s’entretuent, cela épargne des vies humaines. Mais la réalité est toute autre évidemment. Pour faire bref, les robots totalement autonomes se passant de l’humain c’est encore de la science-fiction. Enfin c’est ce que l’on nous raconte, et les militaires avancent le fait que même s’il y a de plus en plus de tâches automatisées, il y a toujours un humain derrière. Pour autant, ces robots inquiètent grandement citoyens et ONG. Et s’ils ne sont pas encore autonomes, ils pourraient bien le devenir et dans leurs facultés de décision également. Figurez-vous que c’est ce qui pose question, et comment !

Ces robots ont un petit nom, les SALA (Systèmes d’Armes Létales Autonomes). Et lorsque je vous parlais hier d’investissements dans l’IA, le sujet est le même ici. Etats-Unis et Chine se livrent bataille dans le développement de l’Intelligence Artificielle aussi dédiée à l’armement. Et comme les investissements dans l’armement lui-même sont très élevés aussi, cela vous donne une belle combinaison de la terreur. Dans la vraie vie, il existe déjà des armes performantes. On trouve des chars automatisés qui suivent ou précèdent les soldats, des drones déjà très déployés et tout un tas d’autres engins de guerre capables déjà de repérer des bombes, des silhouettes humaines et des signatures spécifiques.

L’autonomie est donc la clé, que ce soit en termes de défense que d’attaque. Les militaires s’accordent à dire que l’armée qui disposera de ces SALA prendra l’avantage. Donc tout le monde y vient, y coure même ! Et si Google a laissé tomber Boston Dynamics, startup spécialisée dans les robots à des fins militaires, pour des raisons éthiques, d’autres ont bien moins de scrupules. Le risque est multiple mais deux tendances se dégagent et je vous avoue que cela ne met pas franchement en confiance. La première c’est la fiabilité. Si une voiture autonome confond un humain poussant un vélo avec des feuilles mortes (voir l’accident Uber) je vous laisse imaginer ce que pourrait faire un char ou un avion autonome. La seconde tient à la construction des algorithmes qui devient de plus en plus complexe au point que plus personne n’y comprenne plus rien. Imaginez une IA militaire apprenante qui décide de n’en faire qu’à sa tête et que l’on ne parvient plus à comprendre ni arrêter…Là on est en plein dans la science-fiction mais elle est à nos portes !

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

 

Pin It on Pinterest