Les robots sont-ils vraiment au service de l’homme ? C’est un article du New-York Times publié cet été qui m’a interpellé. L’histoire se passe dans la Silicon Valley où chercheurs et ingénieurs font cause commune pour développer des mains artificielles plus performantes et le plus proche de l’homme possible. C’est un peu le cas de d’Open AI (fondé par…Elon Musk !) avec Dactyl, une main robotisée qui fait tourner un cube entre ses cinq doigts. Une vraie prouesse, vous en conviendrez, même si, pour un humain, cela est simple (enfin pas pour ceux qui ne sont pas trop doués de leur dix doigts…). L’autre développement est celui de Berkeley avec une main à deux doigts qui trie des objets et bien d’autres choses. Ces exploits technologiques sont extraordinaires mais c’est surtout ce que dit ensuite l’article qui me « chiffonne » un peu. Les scientifiques en question, dixit cet article, explorent « des secteurs d’application pour leurs mains robotisées, dans la production industrielle ». J’imagine que c’est sans aucun doute rémunérateur mais j’avais un peu imaginé, en lisant ce papier, que ces prouesses seraient d’abord au service de l’homme lui-même.

J’ai une profonde aversion pour le transhumanisme, vous l’aurez compris. Mais remplacer une main amputée est tout à fait autre chose et tous ces chercheurs pourraient aussi travailler sur ce sujet en priorité. Fabriquer en quantité des robots perfectionnés pour produire des machines semble totalement déplacé au regard de ce que la lutte contre le handicap apporte à l’homme. Bon il est certain que ces progrès manifestes existent aussi  dans les prothèses. Ce devrait être une priorité nationale, que dis-je, mondiale, allez, ma naïveté revient au galop… J’imaginais seulement les avancées qui pourraient découler d’une combinaison de talents (et d’argent) dans ce domaine. Dans le même genre d’idée, il y a bien des sujets (cœur artificiel, etc…) qui auraient bien besoin d’un coup de pouce des startups si aptes à lever des fonds pour des objets dont l’utilité laisse parfois perplexe. Allez, on y croit…et il serait même possible que ce soit un marché porteur !

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

 

Pin It on Pinterest