Les robots porteront-ils des gilets jaunes ? La robotique entraine continuellement son lot de questions. Et surtout des craintes face à l’accroissement du nombre de robots industriels en particulier dont les ventes explosent à travers le monde. La menace pour l’emploi reste une préoccupation légitime des français, entre autres, même si l’accroissement des taxes de toutes sortes a pas mal mis le feu aux poudres socialement. Cette menace d’un équilibre assez fragile mis à mal par notre gouvernement est une préoccupation très sérieuse. Et faire la sourde oreille au peuple en colère (les revendications sont soutenues par les trois-quart des français tout de même selon différents sondages !) reste une position hautement explosive. Il n’est pas de honte à s’être trompé, pas de honte à changer de position ou en tout cas aucune à faire les choses autrement sans y perdre son âme. Alors pas certain que la menace de robotisation des emplois vienne calmer le jeu même si elle n’est pas encore dans les préoccupations de chacun. Un peu de patience…cela arrive à grands pas. Même si l’on nous rabâche que la mécanisation avait, en son temps, soulevé les mêmes craintes, on se trompe aussi lourdement à suivre ce raisonnement. Deux économistes réputés du MIT de Boston (Daron Acemoglu et Pascual Restrepo) estiment « qu’un robot supplémentaire réduit la part de l’emploi dans la population d’environ 0,18 à 0,34 point et les salaires de 0,25 à 0,50 % ».

Finalement, comparée à la Chine (même si le ratio de robots par habitant est plus faible qu’en France) ou même à l’Allemagne ou l’Italie, la France qui reste à la traîne est presque une chance pour les salariés… Simplement, ce sont les compétences qui manquent amis aussi la crainte sociale ou le conservatisme de bon aloi. Lorsqu’un industriel chinois « liquide » 40 000 emplois avec l’installation de robots de production industrielle, pas grand monde ne se préoccupe de ces gens mis à la rue du jour au lendemain. Forcément, cela aide un peu. En Allemagne c’est une autre chose mais si le taux de chômage est assez faible et l’économie encore au beau-fixe, les emplois précaires et mal payés sont aussi une réalité. La France sous-équipée manquerait donc de compétences tant chez les employés, ou employés potentiels, que chez les dirigeants qui manquent de fonds à investir, sont globalement frileux et bien dans leur système et qui hésitent aussi à rompre un équilibre salarial qui mettra du temps à se rétablir. Egalité également entre patrons et employés qui manquent de formation dans ce domaine. Alors le temps passe et cette France qui va mal, où le peuple se soulève en étant méprisé, risque plutôt de voir éclater la colère que de se transformer en étant sereinement accompagnée. Demain les robots seront sans doute taxés (beaucoup y réfléchissent), mais porteront-ils des gilets jaunes ?

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

 

 

 

Pin It on Pinterest