Les IA recrutent, méfiance !

J’imagine bien qu’une grande entreprise qui reçoit des milliers (si, si) de CV peut passer un temps considérable à les traiter ou payer cher des cabinets qui vont avoir du pain sur la planche et facturer un temps tout aussi considérable à trier tout cela. Mais je crois aussi que cette situation est cauchemardesque et passe totalement à côté de l’essentiel, j’y reviendrai et vous dirai pourquoi. Enfin, ce n’est que mon point de vue, mon sentiment, et je suis sans doute un peu « hasbeen » sur le sujet, voire totalement, mais je l’assume.

L’Intelligence Artificielle a encore frappé. Oui encore elle et ses algorithmes qui s’imposent sans coup férir mais avec une cascade de dégâts. Je vous avais déjà parlé des « robots » qui traitent les CV mais certaines entreprises vont plus loin et font appel à des systèmes plus sophistiqués d’entretiens vidéo. Les candidats se connectent chez eux sur une plateforme et sont enregistrés par vidéo en répondant à quelques questions. Derrière, bien entendu, c’est une IA comme celle de Hire Vue (USA) pionnière dans le domaine ou Easy Recrue, une société bien française celle-là, qui vont analyser ces entretiens via leur modèle d’IA.

L’IA va analyser le langage…mots utilisés et richesse du vocabulaire, rythme et phrasé. La version américaine va plus loin et utilise aussi les expressions du visage pour connaître le degré de stress et/ou de sincérité du candidat. En dehors du fait que cette dernière analyse se révèle peu fiable sur les femmes noires, et hop une petite louche de discrimination potentielle, cette « déshumanisation » a des effets particulièrement pervers. S’agissant d’un système de recrutement, il ne faut pas perdre de vue que ceux qui développent les algorithmes sont bien des humains et qu’ils ont leurs propres « filtres », leurs propres « biais ».

Je reviens donc sur mon point de vue… En arriver là est assez désespérant puisque cela signifie effet que les recruteurs vont donner des critères d’évaluation. Ils sont basés sur leurs employés « modèles » et conduisent à reproduire (on pourrait presque dire « cloner ») des profils d’employés. Pour la richesse et la diversité dans l’entreprise, la situation conduit franchement à des effets contre-productifs. Et puis, en ce qui me concerne, grand naïf devant l’éternel, je croyais qu’un emploi faisait appel à un contrat. Un contrat de confiance (chez Darty ou ailleurs) établi entre employeur et employé. Comment savoir si cette entreprise va vous convenir si vous n’en prenez pas au moins la « température », l’atmosphère…dans votre canapé derrière votre écran, cela ma semble assez difficile, non ?

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

«L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné». Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com»

Pin It on Pinterest