L’agriculture souffre de la pénurie de main d’œuvre mais cela ne devrait plus trop durer puisque l’Europe passe à l’action avec son projet Robs4Crops afin de leur donner un coup de pouce afin d’avoir l’espoir d’un avenir plus radieux.

Grâce à ce projet, les agriculteurs pourront travailler dans de meilleurs condition puisque la robotique devrait arriver à leur rescousse pour un coût apparemment modéré et faisant à leur place les tâches les plus ingrates de leur noble métier.

Il faut aussi dire qu’il aura fallut qu’une pandémie vienne aggraver les choses pour que l’on se penche sur ce qui nous fait réellement vivre et aider ces personnes qui malgré leur passion et leur bonne volonté ne voyait pas le bout du tunnel, sacrifiant parfois leur vie familiale pour faire tourner leur entreprise et essayer d’avoir des conditions de vie décentes.

Qu’il s’agisse de dispositifs de contrôle de l’agriculture, d’outils intelligents ou de systèmes agricoles entièrement autonomes, Robs4Crops (un nouveau projet) aide les agriculteurs à combler le manque de main-d’œuvre et bouleverse le paysage agricole.

Le projet Robs4Crops vise à accélérer le passage à la mise en œuvre à grande échelle de la robotique et de l’automatisation dans l’agriculture européenne. Doté d’un budget de 7,9 millions d’euros financé par l’Union européenne, le projet représente une révolution de haute technologie dont l’impact potentiel sur la productivité, l’efficacité et la durabilité environnementale est énorme.

Robs4Crops, dirigé par l’université et la recherche de Wageningen (WUR), doit démontrer que la robotique et les technologies connexes apportent précision et faisabilité aux tâches banales et répétitives, réduisant ainsi la nécessité pour les gens de s’engager dans un travail désagréable, malsain et ne nécessitant aucune réflexion. Le projet a débuté le 1er janvier 2021 et durera quatre ans.

La main-d’œuvre : Le principal défi de l’agriculture européenne

Selon la WUR, le principal défi de l’agriculture européenne est la pénurie de main-d’œuvre. Si le coût de la main-d’œuvre pèse sur la rentabilité de l’agriculture, la pandémie de COVID-19 montre que la pénurie de main-d’œuvre est encore plus importante et peut mettre en péril le fonctionnement de la chaîne alimentaire, de la ferme à l’assiette.

Les producteurs de toute l’Europe font état d’une pénurie de travailleurs. Des champs de fruits et légumes n’ont pas été récoltés parce que des milliers de travailleurs saisonniers n’ont pas pu se rendre au travail à cause du virus.

Des unités autonomes à un système robotique intégral

Suite à l’épidémie de coronavirus, de lourds investissements ont été réalisés dans la robotique et l’automatisation en agriculture, ce qui marque le début d’un changement structurel dans le secteur agroalimentaire. À l’heure actuelle, la robotique n’est encore utilisée qu’avec parcimonie dans l’agriculture sur une base commerciale.

D’un point de vue technique, les robots agricoles n’atteignent pas encore leur potentiel car ils sont utilisés comme des unités autonomes plutôt que dans le cadre d’un système robotique complet et innovant, explique le WUR. D’un point de vue non technique, les robots agricoles n’ont pas vraiment leur place dans les pratiques agricoles actuelles et ne sont pas soutenus par un réseau.

Des outils intelligents, des véhicules autonomes et un automate agricole

Robs4Crops relèvera les défis techniques en créant une solution d’agriculture robotisée composée de trois éléments : des outils intelligents, des véhicules autonomes et un contrôleur agricole. Les machines agricoles et les tracteurs existants seront mis à niveau afin de pouvoir fonctionner, avec les robots agricoles existants, comme des éléments d’un système robotique. Le développement et les essais auront lieu dans la pratique, dans des conditions d’exploitation réelles, dans quatre pays, et en étroite collaboration avec les parties prenantes.

Un prix accessible grâce à l’utilisation de machines agricoles existantes

Robs4Crops s’attaquera aux défis non techniques en utilisant les machines existantes, réduisant ainsi l’investissement initial, et en abordant les questions de maintenance, d’assurance, de financement et de formation. Les réglementations, la robo-éthique et l’impact socio-économique seront également abordés.

Selon le WUR, la robotique offre la possibilité de développer de nouveaux modèles commerciaux. La construction de l’écosystème de la robotique agricole sera un processus itératif parallèle au développement technique.

Des démonstrations du système robotique complet (technique et non technique) seront réalisées à l’échelle à laquelle le système sera utilisé dans la pratique. Ces essais seront menés en partenariat avec des exploitations agricoles commerciales et des chefs d’entreprise de France, de Grèce, d’Espagne et des Pays-Bas.

Désherbage mécanique et pulvérisation contre les parasites et les maladies

Robs4Crops vise à relever et à résoudre les défis organisationnels et technologiques qui font actuellement obstacle à l’adoption à grande échelle des robots agricoles. En s’appuyant sur les machines agricoles, les normes et les projets pilotes existants, le projet vise à concevoir et à fournir un système autonome prêt pour des essais commerciaux à grande échelle.

Les nouveaux systèmes flexibles et modulaires doivent réduire considérablement la dépendance à l’égard de la main-d’œuvre salariée, accroître la sécurité et réduire l’empreinte carbone globale de la production alimentaire. Le projet se concentre sur les opérations de terrain les plus exigeantes et les plus répétitives, notamment le désherbage mécanique et la pulvérisation contre les parasites et les maladies.

Généraliser la robotique agricole

Dans une tentative de généraliser l’agriculture robotisée, Robs4Crops fournit un terrain d’essai sûr pour le développement itératif et l’innovation par le biais d’un réseau de partenaires de collaboration. Le projet vise à placer les utilisateurs finaux au cœur du projet : de l’analyse des besoins des utilisateurs au processus d’expérimentation du modèle commercial.

Le projet vise à accroître son impact en collaborant au sein de l’écosystème paneuropéen croissant des Digital Innovation Hubs et des projets financés par l’UE tels que SmartAgriHubs et agROBOfood.

Frits van Evert, scientifique principal à l’université et à la recherche de Wageningen et coordinateur du projet Robs4Crops : « L’agriculture est très sensible au coût et à la rareté de la main-d’œuvre. Il est donc essentiel de rendre les pratiques culturales plus efficaces et durables. Robs4Crops change la donne en revitalisant l’industrie agricole et alimentaire européenne et constitue le « catalyseur » essentiel pour accélérer l’adoption de la robotique de pointe et des technologies automatisées dans l’agriculture. »

Les agriculteurs ont besoin d’aide et c’est par la robotique que nous allons passer afin de soulager la pénibilité que peut représenter parfois leur travail tout en allégeant le plus possible pour ces derniers le coût de cette transition technologique.

Quentin CLAUDEL

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel vous retrouverez toute l’actualité des métaux précieux. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur https://larobolution.com/. »

Sources Future Farming

Pin It on Pinterest