Le Comté se rebiffe contre les robots ! Ça aurait pu passer totalement inaperçu. Mais l’info est savoureuse et mérite un beau petit coup de projecteur. Je suis d’ailleurs d’avis d’en faire tout un fromage si vous me permettez l’expression (un peu facile, certes) parce que sur ce coup-là, la robotique n’a rien vu venir. Et L’Europe a dit oui, suivant les producteurs dans leur demande, ce qui n’est pas si courant non plus. Nous étions déjà empêtrés dans la pâte molle avec les histoires de Camembert et voilà que le Comté et sa pâte pressée cuite fait des siennes à son tour. En effet, tout début juin, l’Union Européenne a publié sa décision au Journal Officiel en modifiant un texte préexistant qui avançait « la traite en libre-service n’est pas possible » pour la mention « le robot de traite est interdit ». La première pouvait être contournée alors que la seconde ne laisse plus de place au doute.

Pur produit du terroir, le Comté est très bien défendu par une filière organisée et pointilleuse. Le Comité Interprofessionnel de Gestion du Comté a donc fait plier l’Union Européenne pour défendre son produit. Un produit qui pouvait souffrir de cette « industrialisation » mal venue et allant à l’encontre des principes d’artisanat de sa fabrication, selon ce même comité. Le pays du fromage (qui pue) a donc vaincu la robotique avec l’aval de Bruxelles qui fait un peu le grand écart entre développement de la robotique et protection des productions locales. Bon c’est bien joli, mais il ne faudrait pas non plus perdre de vue que le Comté est aussi devenu une filière industrielle, premier fromage français en volume de ventes oblige. Et quelle industrie ! Chez Monts et Terroir (250 salariés et 180 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel), filiale de Sodial, les meules sont affinées par des robots. Certes cela soulage le travail des hommes, mais n’est-ce pas non plus l’objectif des robots de traite ? Cela ne doit pas pour autant dénigrer la qualité du produit qui répond à un cahier des charges des plus sévère mais de là à parler d’artisanat…

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

Pin It on Pinterest