L’agriculture du futur, droit dans le mur ? L’agriculture a énormément changé. Si vous imaginez les quelques chèvres dans le Larzac, vous faites appel à une vision un eu utopiste ou idyllique de la chose. Fermes de 1000 et même 100 000 vaches, surfaces d’exploitation gigantesques, OGM, produits phytosanitaires, la réalité est souvent tout autre. Enfin, disons qu’il y a de l’agriculture à plusieurs vitesses. Et aussi biologique ou industrielle, bref de tout. Mais pour ce qui est de l’agriculture « industrielle », a technologie y a fait son entrée depuis longtemps. Cartographie, guidage GPS, automatisation de la traite, à tous les échelons, la robotique s’installe. Et au gré de mes déambulations sur le net, je suis tombé sur une annonce pour une moissonneuse batteuse Class (c’est la marque).

A voir cet engin énorme, je me disais qu’il devait embarquer un peu de technologie et bien je n’ai pas été déçu.  Cela commence par un système à même d’ajuster en continu le battage. Ce système d’Intelligence Artificielle apprenant « teste différents réglages pour optimiser les performances de la moissonneuse-batteuse jusqu’aux limites de son potentiel technique » selon la marque. Evidemment, la machine est dotée d’un système de transmission et d’analyse de données et un système de guidage laser ultra précis. Enfin, le système appelé Quantimeter permet de connaître en continu la quantité de grain moissonnée, l’évaluation de son poids spécifique et les variations avec les récoltes précédentes.

L’on pourrait saluer la technologie et le progrès, mais comme le disait ma grand-mère, « c’est bien beau tout ça mais ça doit pas être gratuit ». Eh bien mamie, je te confirme, on passe très largement la barre des 500 000 euros. Gloups en effet. Alors il faut en récolter du blé à ce tarif là ! Evidemment, dans cette course effrénée, l’agriculteur s’endette, encore et encore, et son équilibre peut facilement être mis en défaut au regard d’une mauvaise récolte ou d’un changement de politique agricole. Le nombre de suicide dans ce métier est très préoccupant mais ne semble pas alerter les pouvoirs publics, qui peuvent être à même d’infléchir cette course sans fin et catastrophique. Elle l’est pour l’agriculteur, pour le consommateur et pour l’environnement…

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

«L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné». Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com»

Pin It on Pinterest