La Tesla de 1946 ? La l’heure ou Elon Musk demande à tout son personnel de faire un maximum d’économies alors que ses voitures se vendent enfin en nombre, cette technologie que l’on croit avant-gardiste ne l’est peut-être pas tant que cela. Vous ne connaissez sans doute pas cette voiture américaine oh combien incroyable ! Nous sommes en 1946 et l’industrie automobile redémarre. C’est un peu moins le cas de l’aviation puisque les chasseurs de combat ne font plus trop recette. Dans ce contexte la société américaine Beechcraft sent le vent venir et décide d’investir le créneau porteur de l’automobile…à sa façon. Alors si vous croyez que votre Toyota Hybride ou votre Tesla sont à la pointe de l’évolution automobile, petit retour en 1946 avec la Plainsman !

Si Beechcraft a été racheté en décembre 2013 par le groupe Textron déjà propriétaire du concurrent Cessna et des hélicoptères Bell, au sortir de la seconde guerre mondiale, l’entreprise est encore florissante. Fin 1945, les ingénieurs de la marque vont élaborer cette fameuse Plainsman qui a de quoi laisser sans voix aujourd’hui. Structure en aluminium, grandes surfaces vitrées avec hublots en haut des portes autoclaves, banquette électrique, poignées de portes à boutons commandant des électroaimants pour l’ouverture (comme les Tesla mais à poussoirs), rembourrages de sécurité, économètre et téléphone à bord…Il manque évidemment pas mal d’électronique et un début de conduite autonome mais tout de même…

Aérodynamique, légère, la Plainsman pouvait embarquer six passagers avec un objectif à…260 km/h ! Le moteur était un 4 cylindres à plat dérivé de celui des avions de la marque mais…il ne servait qu’à charger les batteries ! En effet, l’engin était équipé de 4 moteurs électriques, un dans chaque roue. Ces moteurs s’adaptaient à l’adhérence de chaque roue pour favoriser la motricité et récupéraient l’énergie au freinage. Pour finaliser l’ensemble, la suspension était pneumatique avec raideur et hauteur de caisse réglables ! Une voiture qui affiche sans complexe une avance technologique de près de 70 ans mais qui ne sera jamais commercialisée. La guerre froide démarre dès 1947 et l’avionneur revient aussitôt à son métier premier, les avions, dommage… Les bases de ce que l’on connait aujourd’hui dans la Robolution étaient jetées il y a 70 ans pour cette automobile, du moins en grande partie. Evidemment l’informatique et les algorithmes ont changé la donne, tout comme le multiplexage permettant de faire circuler plusieurs informations dans un même fil (arrivé sur la BMW 850 en 1989) qui va autoriser un développement exponentiel des fonctions à bord des véhicules. On attend encore qu’ils roulent vraiment seuls dans la vraie circulation…sans bugs…mais c’est en cours.

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

«L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné». Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com»

Pin It on Pinterest