La course à l’espace, source de grandeur et de profit futur des Nations ouvrent de nouveaux horizons commerciaux et se sont aujourd’hui les Japonais qui espèrent en tirer profit. Espérant pouvoir s’appuyer sur la puissance des Etats-Unis ces derniers espèrent obtenir des contrats afin de s’emparer de quelques parts de marché tant méritées au vu de leurs progrès très récents en robotique.

Ces derniers ont développer des technologies de maintenance de pointe afin de pouvoir faire des opérations de construction et de maintenance permettant ainsi aux astronautes de prendre le moins de risques possibles et de pouvoir se concentrer sur d’autres tâches plus complexes et nécessitants de la recherche.

La startup spatiale japonaise Gitai a levé un financement de 17,1 millions de dollars, un financement de série B pour la startup robotique. Ce nouveau financement sera utilisé pour l’embauche, ainsi que pour financer le développement et l’exécution d’une mission de démonstration en orbite de la technologie robotique de la société, qui démontrera son efficacité dans l’exécution de travaux d’entretien de satellites dans l’espace. Cette mission devrait avoir lieu en 2023.

Gitai va également renforcer ses effectifs aux États-Unis, en particulier, car elle cherche à étendre sa présence dans cet État afin d’attirer davantage d’entreprises sur ce marché.

« Nous progressons bien sur le marché japonais, et nous avons déjà passé des contrats avec des entreprises japonaises, mais nous n’avons pas encore étendu notre présence au marché américain », a expliqué Sho Nakanose, fondateur et PDG de Gitai, dans une interview. Nous aimerions donc obtenir des missions de sociétés spatiales commerciales américaines, d’abord en tant que sous-traitant. Nous sommes particulièrement intéressés par l’entretien en orbite, et nous aimerions fournir des solutions robotiques d’usage général à un fournisseur de services orbitaux aux États-Unis ».

Nakanose m’a dit que Gitai a une grande expérience dans le développement de robots capables d’installer du matériel sur des satellites en orbite, ce qui pourrait être utile pour mettre à niveau les satellites et constellations existants avec de nouvelles capacités, pour changer les batteries afin de maintenir les satellites opérationnels au-delà de leur durée de vie, ou pour réparer les satellites en cas de dysfonctionnement.

Cependant, Gitai ne se concentre pas exclusivement sur l’activité extra-véhiculaire dans le vide de l’espace. Elle effectue également une mission de démonstration de ses capacités techniques en partenariat avec Nanoracks en utilisant le sas Bishop, qui est le premier ajout commercial permanent à la Station spatiale internationale. Le robot de Gitai, dont le nom de code est S1, est un robot de type bras, un peu comme les robots industriels ici sur Terre, et il démontrera un certain nombre de ses capacités, y compris l’utilisation d’un panneau de contrôle et le changement de câbles.

À long terme, l’objectif de Gitai est de créer une force de travail robotique qui puisse aider à établir des bases et des colonies sur la Lune et sur Mars, ainsi qu’en orbite. Avec les plans de la NASA visant à établir une présence de recherche plus permanente sur l’orbite de la Lune, ainsi qu’à la surface, avec pour objectif final d’atteindre Mars, et les entreprises privées comme SpaceX et Blue Origin qui envisagent des colonies plus permanentes sur Mars, ainsi que de grands habitats spatiaux accueillant des humains et des activités commerciales, Nakanose suggère qu’il y aura un grand besoin de main-d’œuvre robotique efficace et peu coûteuse, en particulier dans les environnements inhospitaliers pour la vie humaine.

Nakanose m’a dit qu’il avait commencé à travailler à Gitai après la perte de sa mère – un décès malheureux qu’il croit fermement qu’il aurait pu être évité grâce à une intervention robotique. Il a commencé à développer des robots qui pouvaient étendre et augmenter les capacités humaines, puis a fait des recherches sur ce qui était probablement l’application la plus utile et la plus nécessaire de cette technologie d’un point de vue commercial. Ces recherches ont conduit Monsieur Nakanose à conclure que l’espace était la meilleure opportunité à long terme pour une nouvelle entreprise de robotique, et Gitai était né.

Ce financement a été mené par SPARX Innovation for the Future Co. Ltd, et comprend le financement du DcI Venture Growth Fund, de la Dai-ichi Life Insurance Company et de EP-GB (la branche d’investissement en capital-risque d’Epson).

Il faut savoir commencer petit pour espérer voir ses ambitions se réaliser !

Quentin CLAUDEL

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel vous retrouverez toute l’actualité des métaux précieux. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur https://larobolution.com/. »

Source Yahoo News

Pin It on Pinterest