Ils ne seront sans doute pas de la fête sous le sapin. Enfin, pas tous les sapins. Je vous avais déjà parlé du marché des drones civils (je vous rassure, les militaires se portent extrêmement bien) dont le marché est en léger recul avec une décroissance d’environ 3%. Mais ce chiffre cache une réalité contrastée. Les drones bon marché (moins de 150 euros) se crashent totalement avec un recul de près de 25%. Pas beaucoup de survivants dans la bataille ! En revanche, les drones performants (aux environs de 1000 euros et plus) se portent bien mieux avec une certaine croissance. Plusieurs raisons à cela. La première c’est que « l’effet de mode » est sans doute passé. Passé le temps de l’admiration pour la prouesse technologique propre à épater les petits copains, l’engin termine souvent au fond d’un placard poussiéreux. Seconde raison, l’usage en est assez restreint. Une fois la voisine filmée en maillot de bain sur sa pelouse, les utilisateurs s’aperçoivent qu’il n’y a pas beaucoup d’intérêt à tout cela et la qualité des images n’étant pas toujours au rendez-vous, l’objet devient inutile (quoi, qui a dit « société de consommation » ?) Enfin, la réglementation a pas mal freiné les ambitions (suite à la plainte de la fameuse voisine).

Le marché reste donc ouvert pour les amateurs avertis et les professionnels qui ont besoin d’appareils aux performances élevées, en particulier sur la qualité des images. Dans ce secteur, Parrot a bu la tasse alors que l’entreprise était l’initiatrice de ce genre d’appareils grand public au profit du chinois Dji qui rafle la mise. Par contre pour les drones militaires, c’est la grande forme ! Les appareils longue distance sont déployés sur les théâtres d’opérations (le terme est tout de même cocasse) ou en surveillance des frontières (coucou Vladimir, on t’a à l’œil…de Moscou). Mais leur avenir est aussi dans les petits drones autonomes qui explosent dans les lignes ennemies (charmant) ou dans les drones de capture, capables de rapatrier les drones ennemis « piratés » en vol. La guerre des drones aura bien lieu mais pas sous le sapin !

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

 

Pin It on Pinterest