Google ne fera pas la guerre ! Dans son « laboratoire » de startups, Google fait un peu le ménage. Le géant américain avait racheté pas mal de petites entreprises, en particulier dans le domaine de la robotique. C’était le cas de Boston Dynamics qui fait très régulièrement le buzz avec des robots bipèdes et quadrupèdes qui font toutes sortes d’acrobaties plus surprenantes les unes que les autres. Plus effrayantes aussi et ces robots semblaient avoir des débouchés militaires mal assumés par Google et ses employés. Cette image « guerrière » collait mal avec l’esprit de l’entreprise et les ventes espérées à l’armée n’étaient pas au rendez-vous. Les quadrupèdes étaient certes des « porteurs » efficaces sur les terrains d’opérations mais il se sont révélés trop bruyants et sujets à la surchauffe. En 2017, Google se débarrasse donc de cette encombrante filiale au profit de SoftBank. Une opération en phase avec la stratégie de Google qui peut « lâcher » ses « incubateurs » lorsqu’ils ne sont pas du tout rentables et/ou s’éloignent de la philosophie maison. Le scénario se répète une nouvelle fois aujourd’hui avec sa filiale Schaft mais ne se termine pas de la même façon.

La filiale Schaft concevait aussi des robots bipèdes aux capacités avérées mais cette fois, SoftBank n’en a pas voulu, pas plus que l’agence amerrir-ciane de défense (la DARPA). Rachetée par le géant en 2013, la petite entreprise était aussi en concurrence avec Boston Robotics mais avec le même problème de diffusion, un peu moins d’image. A travers cette filiale, Google avait évoqué la possibilité de robots qui viennent suppléer les sauveteurs dans des zones dangereuses, au lieu de robots guerriers,  mais les débouchés limités ont eu raison de cette approche. Faute de repreneur, Google ferme donc la filiale Schaft et prend ses distances avec la robotique sous cette forme. Les dirigeants de Google semblent bien plus intéressés par les robots industriels à bras articulés qui ont, eux, de vrais marchés ! La combinaison de l’Intelligence Artificielle, coeur de métier du géant de l’internet, avec ces robots nés pour l’industrie est un secteur d’avenir florissant. Google recentre donc sa stratégie et il ne faudrait en rien s’offusquer de ces opérations (sans doute pour l’emploi par contre…) menées avec une vision des choses parfaitement claire.

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

 

Pin It on Pinterest