C’est devenu la norme. A chaque fois que des robots font le buzz les peurs se réveillent aussi. La vidéo assez spectaculaire de Boston Dynamics où l’on voit deux chiens robots dont l’une ouvre la porte à l’autre a suscité autant de réactions positives que l’inverse. Les prouesses technologiques sont bien là et la fluidité, l’allure de marche, l’adaptation à l’environnement sont tout à fait remarquables. Il est vrai que l’entreprise américaine, vendue maintenant au Japonais SoftBank, développe aussi des robots militaires et c’est sans doute là que le bât blesse. Si, comme le précise Sophie Sakka, maître de conférences à l’université de Poitiers et spécialisé dans la robotique, sur RFI, le danger ne vient pas des robots mais des programmeurs, la question éthique revient une nouvelle fois.

Parce que le danger est bien présent tout de même. D’abord parce que les IA peuvent être programmées mais aussi apprendre toutes seules. Ensuite parce que ces appareils connectés qui peuvent récupérer de nombreuses informations sur vous (écouter, filmer, transmettre) peuvent aussi être piratés facilement dès lors qu’ils communiquent via le net. Pour cela, pas besoin d’un robot sophistiqué de chez Boston Dynamics, un robot aspirateur fera déjà parfaitement l’affaire. Cette « perméabilité » doit être réglée avant tout développement effréné de la robotique. Il en va de même avec les voitures autonomes, les jouets connectés et bien d’autres objets encore pour que vous ne soyez pas un jour victime de cette technologie.

Chacun travaille un peu dans son coin en ce qui concerne ces besoins éthiques mais rien n’avance vraiment. pas plus au plan juridique que moral d’ailleurs. Les assurances ne sont pas non plus prêtes à faire face. La détermination des responsabilités, premier élément des compagnies d’assurances en cas de sinistre, reste encore bien difficile à déterminer. A ce jour, dans l’optique d’une réglementation permettant la conduite autonome (niveaux 3 à 5), la responsabilité est transférée au constructeur…Ces derniers ne sont pas prêts pour l’expérience, soyez en certain. Il reste donc beaucoup de travail et beaucoup de travail d’harmonisation avant de parvenir à régler toutes ces nouvelles difficultés que la technologie nous apporte.

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».
Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

Pin It on Pinterest