Après Sophia, dans un énième buzz, qui a posé en couverture du magazine Cosmopolitan ou de Elle au Brésil dans une tenue de grand couturier, les robots sont…à la mode. Oui, le domaine de la mode leur consacre une part prépondérante de la présentation des collections, pas en nombre, mais en effet garanti ! C’est aussi le cas de la marque milanaise Prada qui a confié son compte Instagram à Lil Miquela, jeune fille influente des réseaux sociaux. Une jeune fille de 19 ans originaire du Brésil et d’Espagne, mannequin à ses heures, qui a aussi sorti un album pop électro l’an dernier et qui milite pour les femmes noires, la cause LGBT etc… Un profil très tendance, très jeune et qui embrasse les causes de ces mêmes jeunes, presque trop beau pour être vrai. Normal puisque c’est faux, totalement bidon et inventé ! Et oui, encore une IA sur le net avec un profil géré par des algorithmes pour séduire les ados. En dehors du fait qu’il faudra m’expliquer un jour quel est l’intérêt de suivre et dialoguer avec une machine, celle-ci a donc assurer la promotion de la marque et n’est que elle reflet de la tendance. Pour présenter ses sacs, Dolce et Gabbana a utilisé des drones en lieu et place des mannequins, mis sur la touche pour l’occasion.

Robots, bots, manequins virtuels, il n’y avait aucune raison que la mode ne s’empare pas du phénomène de la Robolution. Et puis, les grandes maisons s’adressent ainsi aux jeunes clients ou futurs clients et c’est donc un bon moyen d’anticipation. Jeunes clients que l’on surnomme les « digital natives », c’est à dire nés avec le digital, une tablette sur les genoux et un portable dans les mains. Friands de provocation également, ils sont la cible des créateurs qui ne cessent d’en rajouter comme Gucci qui utilise un bébé dragon comme accessoire de mode (non ce n’est pas un blague…). Pierre Bergé disait d’ailleurs :  » La mode a rendez-vous avec le temps. L’avenir appartient à ceux qui utiliseront les technologies de leur temps et satisferont les besoins et les envies des consommateurs ». Et oui, une vie basée totalement sur la consommation… On voit bien qu’ici plus qu’ailleurs, l’éthique n’a guère droit de citer. Après tout l’art et la mode sont bien les lieux d’expression transgressistes s’il en est…

Il n’est pas trop tard…Mais presque !

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

« L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné ».

Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com. »

Pin It on Pinterest