Amazon, bonnet d’âne de l’écologie ? Jeff Bezos, le patron d’Amazon, est plutôt habitué à la grogne des salariés au regard des conditions d’emploi dans ses entrepôts. Mais cette fois, même si ce n’est pas la première, c’est un collectif de salariés qui revient à la charge concernant les gaz à effet de serre et la pollution engendrée par l’entreprise. Outre l’hébergement des serveurs, gourmands en énergie (fonctionnement et refroidissement), c’est aussi le transport des produits qui est visé. Ils ne sont qu’un millier sur les 600 000 salariés du groupe à protester mais cela soulève une certaine contradiction entre le discours et les actes de Jeff Bezos. Il n’est pas le seul dans ce cas, mais il peut difficilement cacher ses manœuvres. En effet, non content de participer activement à ce réchauffement climatique par son mode de fonctionnement, Amazon se voudrait une entreprise « à tendance vertueuse ». Du moins si l’on en croit son patron…

Le programme lancé en 2019 et dénommé « Shipment Zero » promet une baisse des émissions de gaz à effet de serre conséquente d’ici à 2030. A cette date, la moitié des envois devraient être neutres sur ce point. Jeff Bezos avait fait l’annonce de ce programme donnant une coloration plus verte à l’entreprise. Pour les salariés, c’est très insuffisant au regard de la croissance d’Amazon ! Mais ce qui intrigue le plus c’est ce que révèlent ces mêmes salariés. Jeff Bezos œuvre en sous-marin et finance à ce titre un fonds nommé « Competitive Enterprise Institute » qui n’est autre qu’un groupe d’influence composé de climatosceptiques qui a lourdement pesé sur le retrait des accords de Paris sur le climat de Donald Trump…

Autre face cachée de l’entreprise, des dons faits à des membres du Congrès, tout aussi peut convaincus par le réchauffement climatique. Des membres au nombre de 68 qui ont voté en permanence contre toutes les législations sur le climat…A cela, la réponse du patron d’Amazon le fait entrer directement au panthéon de la langue de bois… »On peut difficilement trouver un enjeu plus important que le changement climatique. Il y a beaucoup d’initiatives en cours, et nous n’avons pas fini. Nous trouverons d’avantage, nous sommes très inventifs »… Parle-t-il d’inventer une nouvelle forme de lobbying pour se dédouaner ?

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

«L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné». Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com»

Pin It on Pinterest